Etudes Sur Les Ovnis Et L’ufologie

Cette très sérieuse institution a rendu un rapport dont les conclusions sont bien différentes et qui s’achève par ces mots: « Il faut conclure que les objets observés présentent une structure physique et sont composés de matériaux qui n’appartiennent à aucune catégorie d’objets aériens connus (avions, hélicoptères, météorites, vénus, mars, satellites, lumière artificielles, lanternes chinoises etc.) Ce qui place d’évidence cet objet dans la catégorie des OVNIs (Objets volants non identifiés d’origine inconnue) ». S’il faut les comparer et en faire la synthèse, pour qu’elles se complètent au lieu de se contredire, c’est un travail de Bénédictin ! Mais nous avons décidé de faire les choses autrement, d’avoir une infrastructure plus solide, plus sécurisée dès le départ. Il a fallu aussi développer une banque de données et sécuriser l’accès. Cela n’empêche pas le GEIPAN de vouloir améliorer la collecte des données « en élargissant l’assiette potentielle de témoins et en sensibilisant notamment les astronomes amateurs et les pilotes civils et militaires ».

Ovni Belgique 2016

facebook ovni Ces archives permettront néanmoins d’avoir accès aux données brutes sur lesquelles le GEIPAN a fait ses enquêtes. Car après cette première version, le GEIPAN prévoit de consigner sur son site d’archives les nouveaux cas d’observation. Parmi le premier groupe de cas publiés se trouveront les dossiers officiels du gouvernement concernant le célèbre incident de Rendelsham, aussi appelé le “Roswell britannique” après quune soucoupe volante se serait écrasée dans le désert du Nouveau-Mexique il y a 60 ans. La décision de cette ouverture au public du catalogue de cas dOVNIs de Whitehall a été prise le mois dernier après que le Directorate of Air Space Policy, lagence gouvernementale responsable du filtrage des rapports sensibles a donné sa permission pour la plus grande déclassification de documents de toute lhistoire du MoD. Les rapports font état de marquages similaires aux hiéroglyphes égyptiens et de créatures extraterrestres émergeant du vaisseau. Un autre cas étudié par la branche DI55 du renseignement – la version britannique des Men In Black – fait état dune série de rapports envoyés à RAF Scampton dans le Lincolnshire par léquipage dun bombardier Vulcan en exercice au dessus de la baie de Biscay le matin du 26 Mai 1977. Selon les documents qua pu voir lObserver, cinq hommes déquipage, parmi lesquels le capitaine, le co-pilote et les navigateurs, ont observé “un objet” approcher de leur avion à 43 000 pieds au dessus de lAtlantique.

  • Position 7
  • Oreilles pointues
  • Témoignage d’un autre pilote français : le colonel Bosc (1976)
  • L’esprit du colloque selon Michel Padrines
  • Entre 21h et 22h, le vent était changeant et faible au sol
  • 2 > 8 Diverses autres miscellanées
  • J’ai dit…

Louverture au public des archives du MoD donnera accès à des travaux jusqualors classifiés de la branche DI55 du MoD, dont la mission consiste à investiguer les rapports dobservations dOVNIs et dont lexistence était jusquà récemment niée par le gouvernement. Une opinion loin d’être partagée par les scientifiques. Pour ces deux hommes qui ont mené une enquête et interrogé de nombreux témoins, il s’est incontestablement passé quelque chose d’important et de tout à fait insolite au Nouveau-Mexique. En 1994, alors que Steven Schiff attendait les résultats du GAO, elle a annoncé que les débris du crash provenaient en fait d’un dispositif, à l’époque classifié, destiné à détecter des preuves de possibles essais nucléaires soviétiques. Le 28 janvier 1994, en début d’après midi, l’équipage du vol Air-France 3532 (Nice – Londres) va observer un phénomène peu habituel. Le CNES (Centre national d’études spatiales) préfère leur donner le nom de PAN (phénomène aérospatial non identifié).

Ce phénomène se produit parfois et ne correspond à rien.

30% des cas sont inexploitables et 15 % sont de vrais PAN qui résistent à l’analyse. L’un des cas les plus spectaculaires concerne les bases aériennes militaires anglo-américaines – RAF Bentwaters and RAF Woodbridge – à Suffolk en Angleterre, les deux bases étant séparées par la forêt de Rendlesham. Plus tard, elle fut emmenée à l’Instituto Medico Légal Renato Chaves (Belèm) pour des examens complémentaires. Ces lumières se tournèrent plus particulièrement vers le poulailler, l’abri des tracteurs, et une autre explora la maison des voisins. J’ai assisté à une de ces séances que je montre dans le documentaire. Perso, j’ai souvent mon appareil photo avec moi, et si je vois un phénomène aussi étrange, je le sort et je film! Ce phénomène se produit parfois et ne correspond à rien. « Vous ne pouvez pas simplement vous cacher la tête et dire que cela ne se produit pas. » Un chiffre dont il n’a pas dévoilé la source, mais qui ne veut de toute façon pas dire grand chose.

Laisser un commentaire