[Thème]Terre Creuse, Peuples Souterrains. (Page 1) / Thèmes Et Sujets Imaginaires / Forums BDFI

la terre est elle creuse On peut donc conclure à coup sûr, que le système Terre/Soleil en rotation est une cause probante de double-marée cyclique. Le système globale est tel que nous avons une masse d’eau, d’un certain niveau, qui voit, à sa surface, un creux se former temporairement par une force résultante qui tire vers l’intérieur (vers le centre de la terre) plus fortement, puis qui relâche ce surcroît de force, laissant la masse, ou nappe, d’eau retourner à son niveau naturel en rotation sur la face extérieure de l’écorce terrestre et aidée, en cela, par l’effet du système Terre/Soleil comme expliqué plus avant. C’est donc cette variation relative de vitesse de surface par rapport au déplacement de la Terre autour du Soleil qui provoque une variation résultante de poids entraînant un rehaussement local du niveau des grandes masses d’eau; du moins en principe, car en réalité nous avons de l’opposition par d’autres forces en général. Comment? Nous savons que la Terre tourne autour du Soleil dans le sens anti-horaire.

Théorie Terre Creuse

terre creuse photo Je crois que c’était impossible parce que le « pôle » est une zone située quelque part dans l’espace au-dessus de la surface et il est acquis que son emplacement subit d’importantes variations. Vous l’aurez compris une oeuvre uchronique est basée sur une divergence historique fondamentale du type “que se passerait-il si Hitler gagnait la guerre ?”. Même Hitler avait découvert ce principe et en avait fait usage dans leurs soucoupes volantes : les haunebus. Un fou, champion de cricket et originaire d’Edimbourg, laid et pourvu d’un domestique digne de la Hammer, a découvert dans l’île de Pâques un ancien temple souterrain consacré à Aphrodite et a décidé de recréer un gynécée à son bénéfice. Avec son aide, elle entame alors une enquête passionnante qui l’amènera à reconstituer le parcours méconnu d’une compagnie de volontaires juifs allemands engagés dans l’armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle parle d’une attraction vers la Lune et d’une boursoufflure vers l’extérieur de la Terre.

  • L’Ariège (Miglos),
  • 14 h – 15 h : Bruno Tosi, du verbe au verre, les passeurs de lumière
  • Agharta, Le Monde Souterrain
  • Partagez et gagnez 7 €
  • Jusqu’ici, tout va bien
  • Imprimer le sujet

On pourrait même fabriquer une sorte de combinaison avec des volants incorporés et contrôlés par ordinateur pour jouer sur les vitesses de rotation afin d’orienter l’astronaute et pour le déplacer, à l’intérieur comme à l’extérieur de la cabine du laboratoire, dans l’espace. On pourrait en faire un ascenseur, sous forme d’un volant (sous la cage), dont on contrôlerait la vitesse de rotation sous une plateforme mis dans un tube. Durant la nuit, la vitesse à ce même point augmente relativement sa vitesse de rotation autour du Soleil et tangentiellement de sorte que l’effet centrifuge, par rapport au Soleil, se voit augmenter, diminuant aussi le poids terrestre des objet de surface (par rapport au centre de la Terre, il en est ainsi, car on parle de résultante locale de poids à la périphérie de la Terre), eau incluse. D’aucuns prétendent que la Lune est la cause principale, voire, unique des marées, allant jusqu’à affirmer que l’effet sur l’eau était décalé d’environ 6 heures(soit 1/4 de tour) et que l’effet centrifuge créait un alter égaux à l’opposée de la Terre en rotation, comme expliquer par un pseudo-scientifique à une émission scientifique de la télévision Québécoise dernièrement. Ce Dernier à un cycle sur nous d’environ 24 heures.

Les fonds marins nous indiqueraient, à certains endroits, des changements aux 150 000 ans; ce qui nous donnerait un cycle de 300 000 ans. Il ne correspond donc pas aux cycles des D-M. Mais, avant de prendre en considération une 3e cause, voyons si le Soleil peut provoquer des D-M. Que nous avons une Lune qui s’oppose par rapport au centre de la Terre pour chacune de ces marées-doubles, semblant provoquer des effet similaires pour des positions différentes; et même opposées. Après avoir additionner les deux causes, déjà observées, produisant des variations de forces susceptibles de provoquer des marées, nous constatons sur le graphique N d’octobre 2005, que la logique des causes et des effets provoqués n’est pas compatible durant tout le cycle lunaire et qu’elle est parfois contredite par les résultats. En observant les D-M après les avoir séparées et identifiées (blanc versus violet sur les desseins), on constate que parfois la marée blanche a une plus grande amplitude que la suivante environ 12h26minutes plus tard, mais que lors d’une période subséquente on a le résultat contraire et que cela est lié au cycle de la rotation de la Lune autour de la Terre avec son cycle de périgée et d’apogée de 27,32166 jours (de 24 heures; pour un cycle sidéral).

Laisser un commentaire